This page has moved to a new address.

Au Sud-Kivu, des groupes armés profitent d’un « vide sécuritaire » laissé par les FARDC